L’assurance de prêt dans le coût d’un crédit : un vrai poids financier

assurance-de-pret-cout-credit

La part moyenne d’une assurance de prêt dans le coût total d’un crédit ne fait que grandir d’année en année. Ceci s’explique notamment par le bas niveau des taux d’intérêt, qui offrent ainsi une plus large place aux assurances de prêt. Les lois Lagarde et Hamon ont pourtant pour objectif de favoriser les économies sur l’assurance emprunteur en ouvrant le marché à la concurrence.

Une assurance de prêt peut représenter jusqu’à 40 % du coût total d’un emprunt

L’assurance de prêt et le montant emprunté à rembourser, intérêts inclus, forment le coût total d’un crédit. Le poids de cette assurance varie en fonction de l’âge : en général, plus l’emprunteur est jeune, moins elle sera lourde. Mais globalement, les prix restent importants. Rappelons bien qu’une assurance emprunteur peut représenter jusqu’à 40 % du coût d’un crédit et ne descend que très rarement au-dessous de 10 %.

 

Des solutions existent mais peinent à séduire les emprunteurs

La délégation d’assurance, permise par les lois Lagarde et Hamon, peut pourtant diviser jusqu’à quatre fois le coût de l’assurance emprunteur. De plus, la fiche standardisée d’information (FSI) est en place depuis le 1er janvier 2016 et permet aux emprunteurs de comparer plus facilement les offres d’assurance de prêts des différents organismes. Elle fait notamment apparaître leur taux annuel effectif d’assurance (TAEA) et les garanties qu’elles proposent.

Mais selon la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), seul 12 % des crédits étaient assurés par un autre organisme que le prêteur en 2014. Malgré ces dispositions, force est de constater que choisir d’assurer son prêt chez un autre établissement que sa banque n’est pas encore de l’ordre du réflexe.

 

Les raisons de ce désintérêt pour la délégation d’assurance

Lorsqu’on parle de délégation d’assurance, il faut bien comprendre que cette opération est avant tout méconnue des emprunteurs. L’assureur MetLife le démontrait une fois de plus l’été dernier suite à un sondage : seulement 47 % des Français seraient au courant de la possibilité de changer d’assurance emprunteur.

Toutefois, la concurrence des acteurs sur le marché de l’assurance de prêt reste un élément relativement récent. Il s’agit là d’une véritable opportunité pour les emprunteurs de réaliser des économies conséquentes. Il y a de vraies chances pour que cette pratique se démocratise progressivement. En attendant, c’est aux organismes financiers et assureurs de jouer la carte de la pédagogie afin d’accompagner leurs clients dans ce changement.

  1. De plus en plus de concurrence dans ce domaine
    votre banque vous le propose en package avec votre prêt .. ok c’est bien mais testez la concurrence .. généralement – 40% de moins ….

    il existe maintenant des comparateurs pour cela

    cordialement
    Gerald

  2. Assurance emprunteur,

    en effet, l’assurance emprunteur represente près d un 1/3

  3. GROUAS,

    L’assurance de prêt doit être bien choisie car elle est la clé de voûte du patrimoine des familles en cas de problème. Il y a parfois de belles économies à faire mais elle représente 5% de la mensualité actuellement, pas plus. La garantie doit prévaloir.
    Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Note : La mise en ligne de vos commentaires interviendra après lecture des modérateurs du site.