La baisse des taux favorise-t-elle la délégation d’assurance de prêt ?

La rentrée immobilière 2016 est marquée par un renforcement des renégociations des crédits. Un bon signe pour la délégation d’assurance de prêt ?

délégation d'assurance de prêt

La baisse continue des taux bas pousse les emprunteurs à renégocier leurs contrats de crédit immobilier. Parallèlement, les primo-accédants sont sollicités par les banques. Une période d’activité soutenue qui pourrait bien bénéficier au développement de la délégation d’assurance de prêt.

Changer d’assurance de prêt est encore loin d’être un automatisme

Pour les jeunes emprunteurs notamment, confier l’assurance de leur emprunt immobilier à un organisme tiers reste une opération délicate. En cause, la crainte d’entamer des négociations qui pourraient potentiellement influer négativement sur le taux qui leur serait accordé par leur banque. Rappelons qu’en 2015, l’assureur April et l’IFOP, relevaient que « 4 jeunes sur 10 pensent que la banque peut refuser une assurance de prêt souscrite ailleurs qu’auprès de sa banque ». Un refus est en effet possible, mais il doit être justifié par des garanties minimales inadéquates du contrat.

Plus globalement, l’arrivée de la FSI (Fiche Standardisée d’Information) ainsi que les économies que permet la délégation d’assurance emprunteur n’ont visiblement pas suffi à faire décoller l’opération. La souscription à des contrats individuels a été rendue possible par la loi Lagarde en 2010 et valorisée par la loi consommation de Benoît Hamon en 2014. La délégation d’assurance de prêt est mise en avant depuis plus de 6 ans mais elle semble encore relativement incomprise par les emprunteurs.

 

La renégociation des crédits immobiliers revient en force

Occupant une proportion importante dans la production d’emprunts immobiliers en cette rentrée, la renégociation permet parfois aux emprunteurs de souscrire à un nouveau prêt à la consommation. L’économie sur les intérêts que permet cette opération peut en effet être synonyme de nouveaux projets pour certains ménages. Pour les revenus les plus confortables, l’investissement dans le locatif poussé par le dispositif Pinel est même envisagé suite à une renégociation.

Parallèlement, les taux bas jouent aussi en faveur des rachats de crédits immobiliers : ceux-ci sont plus nombreux lors de baisses conséquentes.

 

Renégocier, le moment idéal pour déléguer son assurance emprunteur

Les emprunteurs renégocient leurs crédits immobiliers pour obtenir un meilleur taux ou en changer le type (fixe/variable), voire modifier le montant de la mensualité ou de la durée de remboursement. Pour ce qui est de réduire le coût total du crédit, une renégociation s’accompagnant d’une délégation d’assurance de prêt permet d’amplifier les économies.

Cependant, d’autres périodes de forte activité en renégociation de prêts immobiliers ont eu lieu ces dernières années, sans qu’aucun accroissement significatif du nombre de délégations n’ait été établi. Alors que corréler baisse des taux et hausse des renégociations est logique, lier taux favorables et démocratisation de la délégation d’assurance emprunteur n’est pas évident. Bien que les avantages soient réels, changer d’assurance de prêt reste une perspective peu envisagée par les emprunteurs.

Toutefois, l’opération pourrait être davantage estimée dans les années à venir : la baisse des taux finira tôt ou tard par s’essouffler et les emprunteurs actionneront d’autres leviers pour économiser. Sans avoir à attendre une potentielle stagnation ou remontée des taux d’emprunt, les ménages peuvent déjà bénéficier de la délégation d’assurance. Aussi, les acteurs du crédit et de l’assurance se doivent de continuer à sensibiliser à cette opération !

VN:F [1.9.22_1171]
Noter l'article
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Note : La mise en ligne de vos commentaires interviendra après lecture des modérateurs du site.