Les taux en chute devraient dynamiser le marché de l’immobilier en ce début d’année

La morosité ambiante demande des signaux positifs pour laisser de nouveau place à l’optimisme. C’est pourquoi nous n’hésitons pas à vous inciter à regarder de près la tendance actuelle des taux de crédit afin de vous convaincre que l’opportunité est réelle d’emprunter dans de très bonnes conditions en ce moment.

blog-indice-cid-janv20091

Source : Indice CID, Crédit Immobilier Direct

Cette chute fait écho aux 4 baisses consécutives imprimées par la Banque Centrale Européenne à son principal taux d’intérêt directeur, qui atteint là son plancher historique à 2%.

Il est impossible de prédire combien de temps va durer cette baisse. Ce que nous pouvons relever, en revanche, c’est que les 2 courbes « motrices » du marché de l’immobilier, celle des taux de crédit immobilier et celle des prix de l’immobilier, sont à l’unisson, en baisse constante depuis Octobre dernier :

Le phénomène est assez rare pour être souligné !

Mécaniquement, ces évolutions devraient (res)susciter des volontés d’achat ou d’investissement dans l’immobilier (d’autant plus que, selon PAP.fr, les marges de négociation à la baisse concédées par les vendeurs ont, elles aussi, augmenté)… Mais les voies de la crise sont à ce point impénétrables qu’on ne saurait prédire si ces excellentes nouvelles seront suffisantes pour « relancer la machine ».

  1. Franck,

    Bonjour,

    Oui la baisse des taux sera profitable aux crédits immobiliers et aux crédits à la consommation.

    Franck.

  2. korrez,

    Bonjour,votre analyse se base sur quels critères (possible don de voyance),la premiere baisse de taux vient seulement d être repercutee, alors que la plupart des courtiers tablent sur une baisse progressive de aot et la euribor (déjà effectue) ainsi qu une baisse du taux directeur de la bce d un demi point en mars,dont la conséquence pour l emprunteur sera un teg autour de 4%,voir inférieur dans les prochains mois.

    • Bonjour korrez,

      > « Votre analyse se base sur quels critères ? », demandez-vous. Eh bien, sur l’observation des taux que nous communiquent les banques en permanence.
      Prenons le taux moyen sur 15 ans : il est passé de 5,24% en Octobre à 5,09% en Novembre, puis à 4,98% en Décembre, 4,67% en Janvier, et 4,60% en ce moment.
      On peut donc légitimement parler de tendance baissière ! Je n’invente rien ici. A ce stade, je me cantonne à décrire les faits.

      > « Possible don de voyance », écrivez-vous. J’espère bien que non. Quand j’écris que « ces évolutions devraient (res)susciter des volontés d’achat », je prends bien soin d’employer le conditionnel : baisse des taux et baisse des prix « devraient » favoriser le marché de l’immobilier.
      Et cet emploi du conditionnel n’est pas innocent. J’ai tout à fait conscience, notamment, de la dimension psychologique de la crise, qui à elle seule pourrait déjà justifier l’absence du moindre regain d’activité. Je ne peux que vous renvoyer à la conclusion de cet article, qui ne peut pas être plus claire concernant les conclusions très réservées que je tire : « les voies de la crise sont à ce point impénétrables qu’on ne saurait prédire si ces excellentes nouvelles seront suffisantes pour relancer la machine ».

      > Enfin, vous concluez (au futur, et non au conditionnel) sur un TEG emprunteur qui pourrait descendre autour de 4% (voire moins) dans les prochains mois. Vous semblez donc d’accord avec moi sur le fait que la tendance est baissière. Mais, sur le plan des prédictions, vous allez beaucoup plus loin que moi, puisque, personnellement, je n’ai pas osé pronostiquer les taux à venir. Je pourrais donc légitimement vous renvoyer la politesse : possible don de voyance ?… même si votre pronostic s’avérera peut-être fondé d’ailleurs ; là n’est pas le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Note : La mise en ligne de vos commentaires interviendra après lecture des modérateurs du site.