Hausse des taux d’intérêt : quel impact sur le rachat de crédits ?

Annoncée au début de l’automne 2016, la hausse des taux d’intérêt a bel et bien débuté. Qu’est-ce que cela signifie pour le marché du rachat de crédits ?

hausse des taux d'intérêt, rachat de crédits

Après leur baisse constante, les taux d’intérêt sont arrivés à un niveau plancher et sont amenés à légèrement remonter. Dans ce contexte, la renégociation ou le rachat des crédits immobiliers restent des opérations avantageuses pour les emprunteurs. Qu’en est-il pour le regroupement de crédits ?

Bien différencier le rachat d’un crédit immobilier et le rachat de plusieurs crédits

Avant toute chose, il est nécessaire de clairement distinguer le rachat de crédit immobilier du rachat de crédits. Ces deux opérations financières ne répondent pas nécessairement aux mêmes besoins.

 

  • Faire racheter son crédit immobilier permet de revoir à la baisse le taux d’intérêt du prêt. C’est aussi l’occasion de réétudier les garanties à intégrer à l’assurance emprunteur et, pourquoi pas, de procéder à une délégation d’assurance emprunteur. Ici, l’objectif est d’économiser sur le coût total d’un crédit immobilier.

 

  • Faire racheter – ou regrouper – ses crédits permet de réduire le montant de la mensualité. Il s’agit de regrouper tous les emprunts en cours en un seul et unique prêt. L’allègement des remboursements mensuels est alors possible grâce à un étalement de la durée de la dette. Ici, l’objectif est d’éviter le surendettement du ménage.

 

La hausse des taux d’intérêt concerne les prêts immobiliers. Ainsi, ce sont les personnes remboursant un crédit immobilier ou souhaitant en souscrire un qui sont avant tout touchées par cette évolution.

Pour les emprunteurs qui font appel au rachat de crédits, ces taux d’intérêt peuvent également jouer mais uniquement dans certaines situations. Il est donc nécessaire d’étudier les dossiers au cas par cas pour savoir si la hausse des taux d’intérêt a un impact avéré ou non sur le regroupement de crédits.

 

La réponse se trouve dans l’analyse des prêts intégrés au rachat de crédits

Avec un rachat de crédits, l’emprunteur se voit octroyer un prêt unique regroupant l’ensemble de ses emprunts. Ce nouveau prêt peut répondre à deux types de taux effectif global maximum – ou taux d’usure – : celui des crédits immobiliers ou celui des crédits à la consommation.

Si le rachat inclus un ou plusieurs crédit(s) immobilier(s) représentant plus de 60 % du montant des emprunts regroupés, le prêt accordé a alors le taux d’usure d’un crédit immobilier. Dans le cas contraire, l’emprunteur souscrit un prêt ayant pour taux d’usure celui d’un crédit à la consommation. Ce dernier type de prêt représente 75 % des rachats de crédits traités par Crédit Immobilier Direct sur les 3 premiers trimestres 2016. Ainsi, pour ¾ des rachats de crédits, la question de la hausse des taux d’intérêt ne se pose pas car celle-ci ne concerne que les emprunts à taux d’usure immobilier.

Les rachats de crédits qui donnent lieu à un prêt au taux d’usure immobilier peuvent donc, quant à eux, être concernés par l’évolution des taux d’intérêt. Or, la hausse des taux d’intérêt qui s’opère actuellement n’est pas un réel enjeu pour les emprunteurs souhaitant faire regrouper leurs crédits.

 

Le taux d’intérêt n’est pas le premier critère pour un rachat de crédits

Qu’il s’agisse d’un emprunt avec un taux d’usure immobilier ou à la consommation, les taux appliqués aux rachats de crédits sont plus élevés que ceux des prêts bancaires classiques. Pour certains dossiers, le taux d’intérêt octroyé approche même le seuil de l’usure en application.

La raison à cela est simple : les emprunteurs qui font appel au rachat de crédits sont pour la plupart en situation de malendettement voire de surendettement. En règle générale, l’opération est donc plus risquée que la souscription à un prêt bancaire classique. Pour couvrir ces risques, l’établissement racheteur affiche ainsi des taux d’intérêt relativement élevés.

La hausse des taux d’intérêt a débuté mais s’annonce particulièrement lente et légère. Elle n’aura donc pas de conséquence sur le marché du rachat de crédits.

Enfin, n’oublions pas que la majorité des bénéficiaires du rachat de crédits souhaitent avant tout réduire leurs mensualités pour retrouver une situation financière sereine. L’opération s’avère être une nécessité pour un certain nombre d’emprunteurs. Contrairement aux crédits immobiliers par exemple, le taux d’intérêt lié à l’opération n’est donc pas un critère décisif pour ces ménages.

  1. Viva conseil,

    Un excellent article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Note : La mise en ligne de vos commentaires interviendra après lecture des modérateurs du site.